sands-of-time (2) 11 h piggy-bank (2) 9,15 € screaming (2) 2/5 heart-beats (2) 4/5 calendar (2) 2001

LE PITCH

Un dernier verre avant la guerre est le premier roman de la série des Kenzie/Gennaro. Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont amis depuis l’enfance. A Boston, ils sont à la tête d’une agence de détectives nichée dans un clocher sans cloche. Ils sont engagés pour retrouver la femme de ménage noire d’un sénateur qui s’est enfuie avec des documents confidentiels à la veille du vote au Sénat d’une importante loi contre le terrorisme de rue.

SI TU VEUX MON AVIS…

Au-delà de l’intrigue qui mêle guerre des gangs, drogue et manipulation politique, Dennis Lehane nous plonge dans un Boston qui n’est pas sans rappeler le Los Angeles de James Ellroy. Une cité loin de l’image de carte postale qui sent le sang et la poudre. On découvre aussi des personnages riches d’un passé douloureux. S’ils sont parfois cyniques, ils n’en sont pas moins attachants. C’est un polar palpitant, sombre et plein d’humour qui m’a donné envie de lire tous les autres romans de la série.

Mention spéciale à l’une des premières scènes du livre (la rencontre de Patrick et trois politiciens au bar du Ritz) qui a réussi à me faire éclater de rire, ce qui m’arrive rarement en lisant !

UN FOND DE VERRE POUR SE FAIRE UNE IDEE…

« Si je n’avais pas été moi, je n’aurais pas reconnu mon visage. Mes lèvres avaient doublé de volume, et on aurait dit que j’avais roulé un patin à une moissonneuse-batteuse. Mon œil gauche était bordé d’un épais liseré de sang brun, et la cornée striée de filets rouge vif. Le long de ma tempe, la peau s’était ouverte quand Casquette Bleue m’avait frappé avec la crosse de l’Uzi, et, pendant que je dormais, le sang s’était caillé dans mes cheveux. Le côté droit de mon front, avec lequel je présumais avoir heurté le mur, était à vif et écorché. Si je n’étais pas du genre détective viril, j’aurais peut-être pleuré. »

Un Dernier verre avant la guerre, Editions Rivages, 380 pages, format Poche