Temps de lecture Prix Difficulté On aime... Date de sortie
4 h 14,90 € 2/5 4/5 2015

LE PITCH

Apprendre, c’est pas toujours simple mais alors quand il s’agit d’enseigner, là, on peut carrément se retrouver devant un gouffre d’incertitudes. Comment intéresser son auditoire ? Comment motiver ses étudiants ? Quelles formes de cours adopter en fonction des publics ? Des questions, je pourrais t’en lister des dizaines. Fort heureusement, une équipe de l’agence Sydo, spécialisée en formation et en création d’outils pédagogiques, a pondu un guide (hyper) pratique pour permettre à tout enseignant ou formateur de survivre en milieu plus ou moins hostile.

Ce livre balaye avec beaucoup de simplicité et de pédagogie (comme quoi, c’est vraiment un métier) tous les aspects de l’apprentissage. Des neurosciences aux outils, tout ce qu’il faut savoir est expliqué très clairement et avec concision dans ce « kit de survie du formateur ». Il regorge de bonnes idées et de conseils pratiques pour capter l’attention et la retenir. Du schéma à la vidéo en passant par le jeu ou la présentation traditionnelle, tout est décortiqué et expliqué de façon à rendre ton cours dynamique et efficace.

SI TU VEUX MON AVIS…

En lisant ce bouquin, je me repassais le film des interminables présentations que j’ai pu subir en réunion de service ou encore les cours de lycée. Le temps semblait tellement long ! Le filet de bave, les bâillements, les tentatives pour garder l’oeil vif, rien ne parvenait à me réveiller. Si seulement mes profs ou mes collègues avaient lu et surtout appliqué quelques conseils de ce guide… En ce moment, les temps sont aux formations en ligne et aux vidéos YouTube qui se voudraient à vocation pédagogiques. Il faut être honnête, il y a de bon cours, parfois. Mais, il y en a peu. J’ai beau être plutôt bon public, j’ai souvent beaucoup de mal à comprendre où le supposé formateur veut m’emmener et très rapidement il se produit ce que tout youtubeur redoute : je zappe pour ne jamais revenir.

Bon, revenons-en au livre. D’abord, dans sa présentation, il est juste top : rapide à lire, plein d’illustrations, super clair. Bref, il est très bien foutu et t’as envie de t’y plonger. Ensuite, et c’est bien l’essentiel, il est complet. Dans un premier temps, tu vas comprendre comment fonctionne le cerveau. Ce sont les rudiments, tu ne vas pas t’envoyer une thèse de neurosciences non plus. Mais ça donne quelques éclairages franchement intéressants sur cet outil dont nous sommes tous plus ou moins pourvus. Ensuite, tu découvres (ou tu redécouvres) les outils et les techniques pour enseigner. Image, schéma, vidéo, storytelling… ils sont super diversifiés et nombreux, et, bien utilisés, ils rendront tes formations ou tes présentations vivantes et opérationnelles. Enfin, tu te rends compte (et je crois qu’on l’oublie tous un peu parfois) que ton public est composé de plein de gens aux profils très différents et que ton but c’est de leur apprendre quelque chose. Oui, oui, c’est à eux que tu parles, et c’est eux qu’il faut intéresser. En apprenant qui ils sont et comment ils fonctionnent, tu apprendras comment faire.

Ce guide est à mettre entre toutes les mains de ceux qui seront un jour ou l’autre amenés à s’exprimer en public, virtuellement ou dans la vie réelle. Etudiants, cadres, profs, formateurs, ne tergiversez pas et lisez ce livre !

PREMIÈRE APPROCHE…

« La mémoire est une des fonctions essentielles de l’apprentissage. en effet, on n’a pas véritablement appris quelque chose tant qu’on ne l’a pas mémorisé, que ce soit sur le court ou sur le long terme.

Il existe plusieurs formes de mémoire selon le type de tâche, le temps de stockage et la quantité d’informations.

La mémoire sensorielle, comme son nom l’indique, enregistre les informations provenant des cinq sens (vue, ouïe, toucher, odorat, goût)). Les éléments ne sont conservés dans cette mémoire que très peu de temps, au maximum une à deux secondes. Cette mémoire peut donc être considérée comme faisant partie du processus de perception. Elle constitue également un passage obligé pour stocker les informations qui semblent pertinentes en mémoire à court terme. La mémoire sensorielle fonctionne en permanence : même dans le sommeil, le cerveau continue d’enregistrer.

La mémoire à court terme (MCT) enregistre temporairement tous les événements de nos vies, par exemple le visage d’une personne croisée dans la rue ou un digicode entendu. Ces informations se dissipent rapidement si on ne fait pas l’effort de se les remémorer.

La mémoire à court terme a une capacité de stockage limitée : elle peut stocker entre cinq et neuf éléments (chiffres, mots, images, etc.), la moyenne étant environ sept. C’est ce qu’on appelle l’empan mnésique »

Donnez envie d’apprendre, Editions Eyrolles, 160 pages.