Temps de lecture Prix Difficulté On aime... Date de sortie
13 h 7,80 € 1/5 4/5 2015

LE PITCH

La fille du train, c’est Rachel. Chaque jour, dans le même train de banlieue, assise à la même place, elle observe la même maison et fantasme à loisir sur le couple qui l’habite. Elle leur a inventé des prénoms, une vie, elle les aime, elle les imagine, elle les juge un peu aussi. Un peu pathétique tout ça. Ben oui, mais elle n’a pas de vie, cette pauvre Rachel. Elle squatte dans une chambre minuscule qu’une vieille copine est bien gentille de lui prêter, elle picole à faire pâlir de jalousie un Polonais, elle pleure son mari parti pour une autre (tu m’étonnes). Alors, ce couple qu’elle voit heureux tous les jours, c’est son p’tit bonheur quotidien. Ce train-train aurait pu durer longtemps, sauf que dans les romans, ça ne se passe pas comme ça. Et heureusement. Megan, la jeune femme radieuse qui prend son petit déjeuner tous les matins sur la terrasse de sa maison disparaît. Et ça, ça va turlupiner notre Rachel qui va s’intéresser d’un peu trop près à cet événement qui vient bouleverser sa routine.

SI TU VEUX MON AVIS…

Tu veux un livre qui te fait frissonner les orteils et qui te fait oublier que toi aussi tu te tapes ton trajet quotidien dans un métro bondé. Alors fonce rejoindre La fille du train. Ce roman super addictif est d’une redoutable efficacité. Pas de temps mort, une écriture invisible (et c’est un compliment) au service du récit et une histoire palpitante et bien plus profonde que la simple intrigue policière. Parce que Paula Hawkins offre aussi le portrait de trois femmes riches de contradictions que tu apprends à aimer et à détester. Rachel qui se bagarre avec elle-même pour sortir de sa vie résolument merdique, Megan dont les secrets la réduisent à des comportements dangereux, Anna qui s’est installée dans les pantoufles de Rachel en lui piquant d’un coup son mec et sa maison. Trois voix, trois destins qui se croisent et qui ne se font pas que du bien. Un thriller psychologique inextricable. J’adore et tu vas adorer aussi.

PASSAGER CLANDESTIN…

« Je ne suis plus la fille que j’étais. Je ne suis plus désirable, je suis repoussante, il faut croire. Ce n’est pas seulement que j’ai pris du poids ou que mon visage est bouffi par l’alcool et le manque de sommeil ; c’est comme si les gens pouvaient lire sur moi les ravages de la vie, ils le décèlent sur mon visage, à la manière dont je me tiens, dont je me déplace. »

La fille du train, Editions Pocket, 456 pages.