sands-of-time (2) 7 h piggy-bank (2) 6,60 € screaming (2) 1/5 heart-beats (2) 1/5 calendar (2) 2008

LE PITCH

Dans La théorie des six, Jacques Expert met en scène un tueur en série qui s’appuie sur la théorie des six degrés de séparation pour choisir ses victimes. Partant d’un inconnu choisi au hasard, il veut, de crime en crime, arriver à une personne bien précise.

SI TU VEUX MON AVIS…

Le point de vue majoritaire dans ce roman est celui du tueur. C’est plutôt une bonne idée quand l’auteur parvient à donner un minimum de profondeur au personnage. Là on se retrouve avec une caricature absolument grotesque d’un psychopathe bourré de TOC à l’œdipe mal réglé. Parfois, l’auteur nous gratifie du point de vue du commissaire en charge de l’enquête, une femme arriviste et incompétente, odieuse et égocentrique, affublée d’une secrétaire callipyge niaise mais qui, grâce à ses réflexions, parvient à démasquer le tueur avant sa supérieure. Cliché, vous avez dit cliché ?

Ce livre manque de finesse aussi bien dans l’écriture que dans le récit. Tout est tellement prévisible que cela en devient pénible. Du début à la fin, qui manque farouchement de crédibilité, ce livre est une purge !

SIX MOTS… OU PLUS

« Dans de pareilles circonstances, les gens sont prêts à chialer en entendant de telles bêtises. C’était le papa qui avait le plus de mal à supporter la mort de sa fille. Il m’avait fait cette confidence : « Ma femme arrive parfois à oublier, moi, jamais. ». Je l’avais pris affectueusement dans mes bras quand il s’était effondré. »

La Théorie des six, Editions Le Livre de Poche, 256 pages, format Poche