sands-of-time (2) 9 h piggy-bank (2) 7,10 € screaming (2) 3/5 heart-beats (2) 5/5 calendar (2) 2013

LE PITCH

1982 – A cause d’une promesse faite à son ami mourant, Georges, ancien étudiant militant parisien dont les luttes se limitaient au 6ème arrondissement, se retrouve à Beyrouth en pleine guerre du Liban. Il s’efforce d’exaucer un rêve fou, offrir une trêve de quelques heures en mettant en scène Antigone dont chaque rôle serait tenu par un des adversaires aux combats qui mettent le pays à feu et à sang.

SI TU VEUX MON AVIS…

Avec Le quatrième mur, Sorj Chalandon délivre un récit poignant, des personnages riches et tourmentés, des scènes où la mort côtoie l’amour, où la fraternité est si proche de la haine, une vision empathique d’hommes et de femmes meurtris, un portrait violent d’une guerre qui dépasse les frontières du Liban. Ce roman est une formidable claque, un coup de poing indispensable et bouleversant pour ceux qui, comme moi, n’ont connu cette guerre qu’en fond sonore au journal de 20 heures quand ils étaient enfants. Un roman marquant, intelligent, blessant, auquel on pense longtemps après l’avoir refermé.

UN FRAGMENT

« Des avions se jetaient sur la ville. Ils bombardaient la capitale du Liban. C’était incroyable, dégueulasse et immense. J’étais en guerre. Cette fois, vraiment. J’avais fermé les yeux. Je tremblais. Ni la peur, ni la surprise, ni la rage, ni la haine de rien. Juste le choc terrible, répété, le fracas immense, la violence brute, pure, l’acier en tous sens, le feu, la fumée, les sirènes réveillées les unes après les autres, les klaxons de voitures folles, les hurlements de la rue, les explosions, encore,encore, encore. »

Le quatrième mur, Editions Le Livre de Poche, 336 pages, format Poche