Pourquoi faudrait-il ouvrir un livre, et accessoirement le lire ? Oui, hein, pourquoi ? Des raisons, il y en a plein et on les connait bien : c’est bon pour la mémoire, le vocabulaire, la concentration, et tout et tout. Mais tous ces arguments-là, on te les a rabâchés cent fois et tu n’es toujours pas convaincu. Attends, nous, on va t’en donner d’autres des raisons d’ouvrir un bouquin. Et on parie qu’à la fin de l’article tu te dis « ok, je tente » ?

1. Tu fais des économies

Imagine : c’est dimanche, il fait un temps à ne pas mettre un castor dehors et tu cherches à t’occuper. Tu vas inévitablement aller te taper un brunch à 25 € et un ciné à 10 €. C’est plutôt un programme alléchant et ça te prendra au moins trois heures de ce temps dominical un peu longuet. Maintenant, écoute : un livre en format poche te coûtera entre 7 et 10 €, tu vas en avoir pour au moins 5 heures à le lire. Tu fais donc au minimum une économie moyenne de 10 € de l’heure. Voilà, la façon la plus simple de passer un bon dimanche à moindre frais. Si tu es radin ou courageux, tu peux même te lancer dès maintenant dans la lecture, un peu ardue mais très économique, de La Guerre et la Paix (1). Tu peux encore améliorer le calcul en empruntant un livre à la bibliothèque. Inscriptions gratuites, bénéfice total.

cochon tirelire économies

 

2. Tu ne passes pas pour un blaireau

Très franchement, c’est pas la classe d’avoir l’air un peu intello sans avoir à porter des lunettes rondes et une raie au milieu ? Quand tu es en public, il vaut quand même mieux te montrer avec un bouquin qu’en train de jouer frénétiquement à Candy Crush sur ton portable. Tu te distingues dans cette foule aux yeux rivés sur un téléphone. Pour un peu, tu passerais pour un rebelle. Que ce soit dans le métro ou en train d’attendre dans la rue ton rencard qui a une bonne demi-heure de retard, tu te surprends à ouvrir un livre et tu donnes juste l’image de quelqu’un qui ne perd pas son temps mais qui le met à profit pour se cultiver. Certaines personnes iront même jusqu’à te demander ce que tu lis, ce que tu penses de ton bouquin, te parleront de ce qu’eux-mêmes sont en train de lire. C’est encore le meilleur moyen de prouver que, oui, dans les transports en communs, on peut se parler et même échanger sur des sujets intéressants. Un truc de dingue, en somme.

Un homme lit un livre dans le métro

 

3. A toi les grandes vies !

A part dans tes rêves les plus fous, comment peux-tu passer en quelques jours de détective privé nain et acrobate à envoyée de Lucifer pour collecter les âmes sur terre ? C’est ce tour de force hallucinant que peut te permettre la lecture d’un roman, surtout lorsque le point de vue est interne. Tu es véritablement transporté dans la peau d’un autre. Tu te prends de plein fouet ses sensations, tu t’appropries des émotions que tu n’aurais jamais connues dans ta vie de tous les jours, tu vis des situations inattendues ou même impossibles. Tu es transporté dans une vie qui n’est pas la tienne et tu te la prends direct dans l’estomac. Tu deviens tueur en série américain sans être psychopathe, misérable sans avoir faim ou encore vampire sans être obligé d’avaler une goutte de sang. Tu pourras même, sans danger et sans tromper personne, vivre une liaison avec la Marquise de Merteuil (2) ou le Vicomte de Valmont (2). Aujourd’hui tu es Rastignac (3), demain tu seras peut-être Sherlock Holmes (4) ou Madame Bovary (5). C’est pas magique, ça ?

Les personnages de romans

 

4. Tu voyages pas cher

Sans quitter ton canapé, tu vas de l’île Maurice avec Bernardin de Saint-Pierre (6) au Pôle Nord avec Mike Horn (7), tu te balades à Parme avec Stendhal (8), tu visites New-York avec Paul Auster (9) et tu finis sur la Lune avec Jules Verne (10). Et tu rajoutes à ça la possibilité de voyager dans le temps sans avoir à trafiquer ta Delorean. Roy Lewis t’emmènera en pleine préhistoire (11), Robert Merle te transportera à la fac de Nanterre en plein Mai 68 (12) ou dans les camps de la mort en pleine période nazie (13). En gros, t’as pas fini de voir du pays.

Lire, ça fait voyager

 

5. Tu perds tes kilos superflus

On sait tous que la télé favorise le grignotage. Tu es passif, tu t’ennuies un peu, tu boulottes. Avec un livre entre les mains, tu élimines déjà le paquet de chips. Hors de question de tourner les pages avec des doigts copieusement graissés par tes Lays saveur bolognaise sauf si tu veux que les pages deviennent parfaitement translucides. Ensuite, la concentration que te demande la lecture t’empêchera naturellement de penser au paquet de M&M’s que tu as planqué dans le placard de la salle de bain (à l’abri de la concurrence). C’est comme ça, tu nourris ton cerveau et ton estomac se fait oublier. En 2008, une étude américaine (14) avait d’ailleurs été menée auprès de jeunes filles obèses. Invitées à lire un livre traitant de l’isolement social de l’héroïne en raison de son surpoids, les participantes avaient dans leur majorité vu leur IMC baisser dans les six mois suivant la lecture du livre. L’impact positif de cette lecture sur les jeunes filles les aurait conduites à modifier leurs comportements alimentaires naturellement sans avoir à suivre de régime imposé. Bon, on prend quand même cette étude avec des pincettes, et on se dit qu’un petit footing ou un peu de marche à pied entre deux chapitres ne sont peut-être pas à exclure si l’on veut continuer à rentrer dans son jean l’hiver prochain. Mais, on ne sait jamais, si ça fonctionne, ça ne vaut pas le coup de se priver d’une bonne tranche de lecture.

Le meilleur régime amincissant, c'est la lecture !

 

6. Ton smartphone est en sécurité

Au moins, avec ton vieux livre de poche tout corné à la main, tu es tranquille. Ton iPhone est bien au chaud dans ton sac ou dans ta poche, il ne risque ni de tomber ni d’attirer la convoitise d’un envieux. Note que cela fonctionne aussi pour les Samsung Galaxy. Si t’as un Blackberry, euh, tu peux le garder à la main, t’es tranquille aussi.

La lecture protège ton smartphone

 

7. Tu agrandis la famille

Que tu les aimes ou non, tu croises des centaines de personnages au cours de ta vie de lecteur. Certains seront importants pour toi et tu y repenseras souvent, des semaines, des mois après avoir fini le livre, ils deviendront des compagnons de route ou des références. D’autres seront des mirages, tu ne t’y attacheras qu’un instant à l’image de cet élève de 4ème2 dont tu es tombée amoureuse au premier regard mais que tu as oublié dès la récré suivante. Mais tous seront là, près de toi, dans ta bibliothèque, un peu comme ces photos de famille que tu ne consultes pas tous les jours mais que tu trouves réconfortant de savoir dans un coin de ton appartement. Ceux qui te gênent, comme Folcoche (15) ou Jason Bateman (16), tu peux toujours te dire qu’il font partie du passé comme ce cousin que tu as décidé de ne plus jamais revoir depuis qu’il t’a enfoncé la tête dans une mare de boue juste pour rire.

Un livre après l'autre, tu agrandis ta famille

 

8. Tu survis à une panne électrique

A la différence de ton smartphone, tu ne te retrouveras pas en rade de batterie avec ton bon vieux bouquin. Il ne te laisseras pas tomber lors d’un interminable trajet Paris-Toulouse dans un train Intercité non pourvu de prises électriques.

Un bon bouquin consomme zéro électricité

 

9. Tu fais le silence autour de toi

A part le bruissement léger de la page qui se tourne, lire est une activité silencieuse. Quel intérêt ? C’est simple. Tu ne déranges personne et personne ne te dérangera en te demandant de baisser le son. Cela évite aussi que le salon se transforme en un enfer peuplé de décibels quand ton conjoint a décidé de regarder des vidéos sur YouTube, que ton fils déchire tout sur GTA et que ta fille teste les cris des Pokémon sur sa tablette. Chacun prend un bouquin (les mangas et les BD sont acceptés) et tout le monde se côtoie dans le calme. Elle est pas belle la vie de famille quand tout le monde ferme sa gueule ?

Aimes-tu ce silence autour de toi lorsque tu lis ton roman préféré ?

 

10. Tu n’es plus embêté pas les moustiques

Après « ouvrir un livre », voici « fermer un livre ». Rien de tel qu’un livre de poche assez fin pour copieusement éclater un moustique contre le mur. Un magazine pourrait faire l’affaire mais sa taille est moins adaptée. Pour être efficace, je vous conseille une livre en format poche de 200 pages maximum. Une pièce de Molière fait parfaitement l’affaire encore que je préfère largement éclater les suceurs de sang avec La machine infernale de Jean Cocteau qui, avec ses 192 pages, est aussi efficace qu’agréable à lire. Mais c’est une histoire de goût, je te laisse libre de me faire part en commentaire du choix de ton arme.

Un livre de 200 pages, c'est le format idéal pour tuer un moustique

 

Bon, maintenant que je me suis donné tout ce mal pour te trouver des arguments imparables, tu vas ouvrir un livre, hein ? Allez, tu viendras faire partager ton expérience inoubliable et donner envie de lire à nos millions de lecteurs.

1 La Guerre et la Paix, de Léon Tolstoi, tomes 1 et 2, 2070 pages
2 Les Liaisons Dangereuses, de Choderlos de Laclos
3 Le Père Goriot, d’Honoré de Balzac
4 Personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle
5 Madame Bovary, de Gustave Flaubert
6 Paul et Virginie, de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre
Conquérant de l’impossible, de Mike Horn
8 La Chartreuse de Parme, de Stendhal
9 Trilogie new-yorkaise, de Paul Auster
10 De la Terre à la Lune, de Jules Verne
11 Pourquoi j’ai mangé mon père, de Roy Lewis
12 Derrière la vitre, de Robert Merle
13 La mort est mon métier, de Robert Merle
14 Etude menée par le Duke Children’s Hospital de Philadelphie sur 31 jeunes filles de âgées de 9 à 13 ans. Pour en savoir plus : Duke Researchers Show Reading Can Help Obese Kids Lose Weight
15 Vipère au poing, de Hervé Bazin