""
Temps de lecture Prix Difficulté On aime... Date de sortie
3 h 12 € 1/5 4/5 2013

LE PITCH

Le bonheur rendrait-il malheureux ? C’est la théorie, du « Piège du bonheur », petit guide illustré sur la thérapie de l’acceptation et de l’engagement. Oh, les vilains mots qui rappellent le verbiage psychanalitico-pénible de certains professionnels. Ok, les mots sont moches, mais ils cachent un concept intéressant et hyper aidant. Si l’on imaginait une seconde que notre quête effrénée du bonheur était justement une des cause de notre mal-être ? Le bonheur, ce Graal que l’on vise tous, s’il fallait justement accepter de ne pas être heureux tout le temps et à n’importe quel prix pour y accéder de temps en temps et gratuitement ? Ce guide illustré (beaucoup de dessins et peu de mots) est une approche très abordable de cette thérapie. Il regorge d’exercices pratiques faciles à appliquer qui s’avèrent plutôt efficaces pour sortir de la spirale infernale « quête permanente du bonheur – échec – insatisfaction ».

SI TU VEUX MON AVIS…

Depuis que je suis môme, on me rabâche : « Ils vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours ». Et je pense que je ne suis pas la seule… Du coup, comme je suis une princesse, cette idée farfelue du bonheur comme une obligation s’est bien incrustée dans ma petite tête. Oui, ben, merci, les contes de fées, ça ne se passe pas vraiment comme ça dans la vraie vie. Être super heureux tout le temps, c’est juste pas possible. Sauf que l’effet pervers de tout ça, c’est que si tu n’es pas heureux dans une société où tu as tout pour l’être, tu en arrives à te sentir coupable voire carrément inapte au bonheur. Alors, qu’est-ce que tu fais pour te conformer à ce qu’on attend de toi ? Et bien, tu luttes ou tu fuis tes émotions négatives, tes douleurs, tes frustrations. Et c’est là qu’est l’erreur. Lutter contre nos pensées et nos émotions négatives ne fait que les renforcer et nous éloigne encore plus de notre objectif. Et à force de lutter, c’est la dépression en point de mire. C’est un peu le scénario catastrophe, là, mais ça arrive.

La solution : accepter. Accepter, ce n’est pas se résigner, loin de là, mais quand tu es dans un cercle vicieux, ce n’est pas forcément évident d’en sortir tout seul. Comme tu n’as pas forcément le temps ni l’envie de te retrouver dans un cabinet de psy, ce livre peut te donner des techniques simples d’acceptation que tu pourras adapter à ton cas bien précis. Pensées, sensations physiques, émotions, peurs, angoisses, tout y passe et toi tu apprends simplement non pas à les maîtriser mais à vivre avec.

Cette lecture a vraiment changé ma perception des moments désagréables et a modifié mon quotidien qui était gâché par des crises d’angoisse gratinées (pfiou, je me dévoile, là). Il m’aide à me rapprocher de jour en jour de la vie que je veux vraiment. Alors, je le lis, je le relis, je le feuillette régulièrement. Et je te conseille vivement d’essayer si toi aussi tu veux cohabiter pacifiquement avec ce qui aujourd’hui te gâche la vie. Evidemment, comme tous les bouquins de psycho ou de développement personnel, ce livre n’est pas une bible à gober sans réfléchir. Mais c’est une super base de réflexion sur toi, ton mode de fonctionnement et tes attentes.

PREMIÈRE APPROCHE…

« Nous devrons être heureux, pas vrai ?

C’est ce que laissent entendre la plupart des livres de croissance personnelle : entretenez vos pensées positives et les choses iront bien. Mais il peut être extrêmement stressant de chercher constamment à rester positif !

On pourrait croire qu’il serait normal d’être heureux en Occident, où nous avons accès à tellement de choses qui peuvent contribuer à notre bonheur… Mais nous ne sommes généralement pas heureux. En fait nous sommes souvent malheureux. »

Le piège du bonheur, édition illustrée, Les éditions de l’Homme, 177 pages.