sands-of-time (2) 13 h piggy-bank (2) 8,70 € screaming (2) 2/5 heart-beats (2) 3/5 calendar (2) 2008

LE PITCH

Il y a mieux pour égayer un jour de pluie que ce polar sombre et violent. Zulu est pourtant beau roman (non, pas une belle histoire…). Caryl Férey plonge immédiatement le lecteur dans l’ambiance : Afrique du Sud post apartheid, deux jeunes Blanches sont retrouvées mutilées dans un parc, trois flics bien abîmés sont sur l’enquête. On se retrouve assez rapidement assailli par la chaleur moite et collante, par les odeurs de sang et de poudre. Ce roman est d’un réalisme parfois déroutant, les personnages ne sont pas des héros mais hommes cassés et durs, les scènes de violences vous prennent à la gorge.

SI TU VEUX MON AVIS…

Caryl Férey maîtrise bien sont sujet : l’intrigue est bien construite, le style fluide, la documentation sur la situation économique, politique et culturelle de l’Afrique du Sud est complète.

Zulu est un vrai grand polar, et pourtant j’ai du mal à le conseiller. Je n’ai pris aucun plaisir à le lire, je me suis même parfois ennuyée, tout en le trouvant absolument fascinant. Ce paradoxe est au moins la preuve qu’il ne laisse pas indifférent. Cette lecture m’a souvent dérangée tant je trouvais impudique la description des faiblesses psychologiques des trois personnages principaux. Peut-être est-ce aussi l’absence d’humour qui m’empêche d’adhérer à ce livre. En tout état de cause, âmes sensibles, passez votre chemin !

Jérôme Salle a porté Zulu à l’écran en 2013.

UN P’TIT MORCEAU, C’EST CADEAU !

« Les noirs surtout avaient souffert d’une éducation au rabais et restaient minoritaires parmi l’élite intellectuelle : Neuman leur avait montré qu’il ne descendait pas du singe mais de l’arbre, comme eux, ce qui ne faisait pas de lui un être inoffensif… »

Zulu, Editions Gallimard, coll. Folio Policier, 464 pages, format Poche